« FJA J-5 !! Programme et préparatifs | J-2 // Les préparatifs des LABOS … ! »

J-4 // Thèmes déclinés et travail de scénographie

Travail de SCÉNOGRAPHIE et de COMMISSARIAT du COLLECTIF MOEBIUS pour la FOLLE JOURNÉE DE L’ARCHITECTURE


Thème de la fête de la science : ‘de l’infiniment grand à l’infiniment petit’

Le thème ‘de l’infiniment grand à l’infiniment petit’ se prête indiscutablement bien à l’architecture. L’architecture relève d’un champ très vaste d’échelles ou de ‘tailles’ très diverses allant de l’abribus à l’aménagement d’une mégalopole ou d’un territoire, en passant par le cabanon ou la maison.
L’architecture, au travers des pyramides de Khéops, des cathédrales gothiques, du dôme de Florence de Brunelleschi, de la Tour Eiffel, du CNIT de la Défense avec son principe de voûte mince en béton ou encore de la passerelle des anges de Rudy Ricciotti avec son béton fibré à hautes performances parmi tant d’autres, est un terrain de recherches qui stupéfient aujourd’hui encore de nombreux scientifiques. Ainsi, l’architecture puise dans le domaine de la science et de ses progrès époustouflants pour dépasser ses limites et se libérer d’un grand nombre de contraintes en terme de matériaux, de structures ou de mise en œuvre. La science et l’architecture se complètent et s’alimentent tout en se défiant continuellement. De plus, une autre particularité de la relation entre l’architecture et la science est que ces deux disciplines ont comme dénominateur commun la pensée par l’image qui se revendique irremplaçable en tant que lieu de réflexions, d’inventions et de découvertes.

Scénographie de la Folle Journée de l’Architecture 5e édition : SMLXL

Le COLLECTIF MOEBIUS met en scène et en musique cette 5ème édition avec le défi d’interpréter cette notion de l’infiniment petit à l’infiniment grand. Il lui a paru alors évident de puiser l’inspiration dans le livre S,M,L,XL de l’un des plus célèbres architectes de notre époque, Rem Koolhaas, qui a su introduire magistralement cette question.
L’échelle ‘spatiale’ que Rem Koolhaas manipule à travers son ouvrage lui permet de distinguer les différentes formes de l’architecture en les catégorisant à travers une codification vestimentaire. En partant de cette notion d’échelle qui relève plutôt d’une représentation spatiale (labo spatial SMLXL), l’objectif à travers les différents labos est de démontrer que cette échelle spatiale n’est pas la seule façon de représenter l’espace architectural mais qu’au contraire, d’autres échelles relèvent d’autres domaines et dépassent le champ propre de l’architecture : échelles de la temporalité, de l’appartenance religieuse, économique, culturelle, géographique, visuelle, sociale ou historique…
Ainsi, les échelles S, M, L ou XL relèvent d’une ambiguïté car elles dépendent de l’échelle ou de la mesure que l’on adopte. De la même façon, la notion de ‘Grandeur’ (‘Bigness’), que Rem Koolhaas énonce dans son livre New York Delire, ‘dépend’ de la réalité imposée ou décidée dans laquelle on se situe. La notion de grandeur n’a pas la même signification métaphorique dans le traité de Vitruve, pour les architectes du XVIIIe siècle, pour Le Corbusier arrivant à Manhattan ou encore pour Rem Koolhaas construisant Eurolille : la notion du ‘grand’ ne peut être détachée des conditions historiques et culturelles dans lesquelles elle advient.

Puisant dans cet univers de références qui va de l’oeuvre de Palladio à l’ouvrage S,M,L,XL de l’architecte Rem Koolhaas, le COLLECTIF MOEBIUS a imaginé et conçu une trentaine de «labos» ludiques et éphémères qui sont autant d’ateliers pédagogiques permettant d’expérimenter l’architecture à toutes les échelles. Toute l’Ecole d’architecture de Nancy sera ainsi mise en scène de manière unique et surprenante afin de proposer au public une journée exceptionnelle d’éducation artistique et culturelle.


Mise en bouche de la mise en scène

Autour du thème S,M,L,XL, le fil conducteur des ateliers est un matériau qui donne une couleur, une ambiance ou encore une texture bien identifiable au sein des installations. Ce matériau, le carton alvéolé, possède de nombreux atouts : il est bon marché (comparé à d’autres matériaux comme le bois, le métal ou le plastique), écologique, recyclable, flexible, rigide, léger et autoportant. Matériau chaleureux et contrastant avec les couleurs et matières déjà présentes au sein de l’école, mais aussi très polyvalent, le carton alvéolé est décliné dans différentes utilisations et sous différentes formes dans les containers du parvis, le hall, la médiathèque et au sein des différents « labos » afin de créer des lieux d’intervention.